LA LIVRAISON à DOMICILE DE BOUTEILLES DE GAZ

4 fév 2016

COP 21 : Enjeux et Résultats

En décembre 2015 a eu lieu la COP 21 à Paris, cette conférence internationale a rassemblée 195 nations et a permis la signature d’un accord historique et unanime pour la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Les enjeux de la COP 21

 

Durant 10 jours, de très nombreux dirigeants politiques, économistes et experts ont débattus pour parvenir à un accord sur le climat et de manière plus générale, s’accorder sur une ligne directrice politique pour les années à venir. On peut regrouper tous les thèmes abordés en trois grands enjeux :

 

Une répartition juste et équitable du budget carbone

 

Chaque pays émet des émissions de gaz à effet de serre, ce qui contribue à augmenter les températures et par conséquent le réchauffement climatique. Pour lutter contre ce phénomène, des « budgets carbone » c’est à dire des plafonds d'émission de gaz à effet de serre ont été mis en place. Aujourd’hui la grande question est de savoir comment répartir les 1200 milliards de tonnes de carbone qu'il nous reste à émettre dans les quarante prochaines années pour limiter la hausse des températures de 2 degrés. Chaque pays n’a pas la même économie et ne pollue pas avec la même intensité, il est alors question de trouver des indicateurs justes pour répartir équitablement les budgets carbones entre les pays et ne pas creuser toujours plus les inégalités avec les acteurs les plus vulnérables.

 

Une adaptation progressive au changement climatique

 

L’adaptation au changement climatique doit se faire dans chaque pays et par toute la population. Elle consiste notamment à pouvoir faire face aux phénomènes climatiques extrêmes de plus en plus fréquents à différents endroits du globe et dus en partie à la hausse des températures. Pour réussir à faire face à la hausse des températures, des financements sont nécessaires ; une somme de 100 milliards de dollars par an y sera consacrée dès 2020. Des indicateurs pertinents par rapport à la vulnérabilité du climat sont nécessaires et doivent privilégier davantage une logique quantitative plutôt qu’une logique de prix qui désavantagera les populations les plus vulnérables.

 

Une réduction contre les inégalités

 

Lutter contre le réchauffement climatique ne doit pas être vu comme un danger social ou une opportunité lucrative mais un moyen d’arriver à plus d’égalités en réduisant les disparités de développement entre et au sein des pays. Prenons l’exemple de la Chine, dont l’obligation de réduire les émissions de CO2 a permis par la même occasion de diminuer les inégalités. En limitant la consommation de charbon, on réduit en même temps les émissions de gaz à effet de serre ainsi que les particules fines responsables de maladies. Cet exemple nous montre que volonté de contenir le réchauffement climatique via la diminution d’émissions a un effet indirect mais positif sur la santé des habitants.

 

Des résultats encourageants et positifs

 

Suites aux dix jours de négociations, 155 pays se sont accordés sur les enjeux et objectifs de la Cop 21, notamment la réduction mondiale des gaz à effet de serre, l’une des causes principales du réchauffement climatique.

 

Une forte mobilisation internationale

 

Jamais autant de nations n’ont été rassemblées en un même lieu pour débattre des enjeux climatiques. De plus, chaque pays a pris très au sérieux la COP 21 en envoyant les plus hauts responsables pour débattre du dérèglement du climat mais également au niveau national, comme la Colombie qui a fait voter sa contribution par le parlement. La société civile a aussi largement contribué en participant à des réunions publiques ou des consultations en ligne dans plus de 60 pays.

 

Des économies vertes en pleine croissance

 

De plus en plus de pays misent sur les énergies renouvelables pour leurs stratégies d’approvisionnement. Par exemple, Japon a pour objectif d’augmenter de 10% sa production électrique à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 et l’Union Européenne quant à elle espère augmenter de 15% sa production d’électricité propre. Notons que parmi les énergies fossiles, le gaz est l’énergie la moins polluante pour se chauffer, contenant 20 à 25 % de CO2 de moins que le fioul et 40 à 50 % de moins que le charbon, tout en étant une énergie économique. (Lien inter article : Comment réduire sa consommation de gaz ?/ Chauffage au gaz : le choix du confort)

 

Une planification pour faire face aux impacts climatiques

 

Parmi tous les pays qui ont contribué à la COP 21, une centaine d’entre eux reconnaissent la très grande importance de mettre en place une planification au travers d’un Plan National d’Adaptation afin d’être le mieux préparé face aux évènements climatiques extrêmes. Le Burkina Faso a par exemple l’idée de cartographier les zones à risques d’inondation dans les villes de plus de 5 000 habitants. De manière plus générale, une cinquantaine de pays souhaitent se doter de systèmes d’alertes performants, dans le but de pouvoir détecter les évènements climatiques extrêmes et ainsi mieux protéger leurs populations.

 

En savoir plus :

 

Image : Arnaud Buissou - MEDDE SG COP21