LA LIVRAISON à DOMICILE DE BOUTEILLES DE GAZ

24 nov 2016

Comment installer un détecteur de gaz ?

Si l’installation d’un détecteur de gaz n’est pas (encore) obligatoire, elle est tout de même fortement conseillée afin d’éviter les éventuels risques d’accidents (intoxication, explosion…). Gazissimo vous dit tout sur l’installation et le fonctionnement de cet appareil qui sauve régulièrement des vies.

 

Comment choisir un bon détecteur de gaz ? 

Avant d’acheter un détecteur de gaz, il est important de prendre un paramètre en compte : il existe des détecteurs de gaz naturel et des détecteurs de gaz butane/propane (certains modèles hybrides détectent les deux à la fois). Vous devez donc opter pour le type de détecteur de gaz adapté à vos besoins. Qui plus est, il doit disposer d’une puissance d’alarme et d’une fréquence de déclenchement réglées à la perfection, c’est pourquoi il est recommandé d’acheter un produit certifié « CE » et garanti par le fournisseur.
 

 

Comment et où installer votre détecteur de gaz ?

Le détecteur de gaz est relativement simple à installer puisqu’il est vendu avec des vis de fixation et un mode d’emploi. Il suffit de suivre les instructions à la lettre, généralement en fixant l’appareil au mur à l’aide d’un tournevis.
 

Vous devez installer le détecteur de gaz à environ 1,5 mètre de la source de combustion (chaudière, gazinière…). Attention, la hauteur d’installation du détecteur dépend du type de gaz que vous utilisez. Le méthane (ou gaz de ville) est un gaz plus léger que l’air donc il monte, il faut par conséquent placer votre appareil à environ 30 cm du plafond. Le butane et le propane, en revanche, sont des gaz lourds : votre détecteur doit donc être installé à 30 cm du sol.
 

 

Comment fonctionne le détecteur de gaz ? 

Le détecteur de gaz dispose d’un capteur catalytique, et dans le cas où une fuite de gaz est détectée, une réaction chimique se produit. Des signaux électriques sont alors envoyés pour déclencher l’alarme qui pourrait vous sauver la vie.
 

Le saviez-vous ?
Le monoxyde de carbone est responsable d’environ 6 000 intoxications et 300 décès dont 150 d’origine domestique (données de l’INPES obtenues par extrapolation des chiffres de la région parisienne).